Tag Archives: Michael Fassbender

Le bon point de la semaine #3

23 Mai

par Aurore.

Le générique du Petit Journal : je ne vous apprends rien, la formule de Petit Journal a changé en Septembre dernier. Maintenant c’est une émission indépendante, calée au milieu du Grand Journal. Au début, tout le monde a critiqué « ah non mais c’est trop mou maintenant », mais je pense que ça y est, le Petit Journal a retrouvé son rythme de croisière.  Il se pourrait même qu’il échappe pour le coup au naufrage annoncé du Grand Journal. Et oui qu’est-ce que vous voulez, on ne se débarrasse pas comme ça du sexyssime (et poilant) Yann Barthès. Et c’est là que j’arrive à mon scoop. Un scoop qui vient de mon travail acharné pour vous servir de l’info chaude, et de mon observation accrue du monde qui nous entoure. Je vous met au défi, ce soir, vous allumez la tv à 20h05, vous attendez patiemment pendant la pub, genre vous partez vous faire une petite salade, vous revenez pour la seconde partie, et là, à 20h30 quand le programme se finit, vous vous concentrez.  Le générique de fin du Petit Journal c’est trois bandeaux qui s’enchainent sur le bas de l’écran. On remercie l’équipe, les marques qui ont prêté les beaux habits de Yann, Charlotte, etc. Mais au milieu, les blagues continuent (on ne s’arrête jamais de rigoler dans le monde merveilleux de la tv) : dans le deuxième écran, à la deuxième ligne, il ya TOUJOURS écrit nimporte quoi ! La rédaction fait passer ses messages perso « merci Bobby pour ton tee-shirt » « ok pour le resto à 21h » « ma maman c’est la plus belle, joyeux anniversaire ». Vérifiez, vous allez rigoler ! Promis.

(vous avez beau chercher, vous ne comprenez pas ? vous avez raison : la photo n’a rien à voir avec ce scoop, simple illustration du sujet)

Prometheus dans le métro : je ne pouvais pas ne pas vous en parler, c’est un film qui fait déjà sensation avant même d’être en salles, et puis ça concerne Paris, le métro. Nos vrais amours quoi ! Pour promouvoir le film (encore très confidentiel)(haha), une station de métro a été crée sur la ligne 9. C’est la station Saint Martin, fermée depuis 1993, qui est redécorée aux « couleurs » du film. Le métro ne s’y arrête pas, mais la Fox peut déjà être fière de son idée : ça a pas mal buzzé cette affaire !

En bref, Michael Fassbender a enfin récupéré sa couleur de cheveux naturelle (dans Prometheus, il se pare d’une coupe au bol couleur des blés) et cela pour notre plus grand bonheur, mesdames, alors ne ratez pas cette vidéo tirée du shooting de Mario Testino (la vidéo ici, cliquez, ne passez pas à côté, ça donne du baume au cœur !) pour GQ. Ensuite, difficile de passer à côté, mais je suis là pour m’assurer que vous êtes au courant de tout, donc je vous le redis si nécessaire : Donna Summer nous a quitté vendredi. Cette semaine j’ai aussi découvert un accessoire bien utile et un site qui l’est beaucoup moins (mauvaisgout.net, tout est dit !).

Source : Huffington Post, A long time ago, Cometeshop

Publicités

Fassbender, des fesses à la fessée

29 Déc

par Vivien.

En ce moment sont projetés en salles deux films dans lesquels joue le talentueux et sexy Michael Fassbender (vu dans Hunger, Fish Tank, Inglorious Basterds, ou plus récemment X-Men : Le commencement).

Dans Shame, de Steve McQueen (pas celui qui roule en persol mais son homonyme réalisateur), il est Brandon, jeune loup de Manhattan qui en veut. Brandon vit dans un appartement qui fait rêver et semble avoir un job plutôt cool même si on ne sait pas précisément lequel, mais il a un signe assez distinctif : CET HOMME EST ACCRO AU SEXE.

On le voit donc successivement mater – plus que de raison – dans le métro et la rue, avec un regard à la fois inquiet et lubrique, se faire des petits plaisirs dans son bureau/dans son salon/dans la salle de bain/dans ses toilettes/dans des toilettes, dragouiller avec ses collègues dans les bars en afterwork et conclure hâtivement sur le parking, ou encore rentrer chez lui après une laborieuse journée et allumer son ordi pour assister aux multiples showcams auxquels il est abonné. Brandon est même un fidèle spectateur vu que la dame-toute-nue-à-l’écran le salue par son nom et tape un peu la discut’ avant de commencer.

Son petit monde est toutefois bien perturbé le jour où sa soeur (interprétée par Carey Mulligan) débarque en pleurs chez lui, fuyant ses problèmes à elle en squattant quelque temps.

C’est l’interaction entre cet homme un peu dérangé et sa soeur dépressive qui est ici présentée. Ou comment chacun est perturbé et affecté par la présence de l’autre, jusqu’à faire réaliser au personnage son problème et le faire évoluer. La soeur, crooneuse de bar, se lâche avec un homme marié et père de famille, à savoir le boss de Brandon, tandis que celui-ci rejette d’abord cette aide puis semble évoluer au contact de la seule femme qu’il ne peut pas toucher. 

A priori trashos, le film n’est toutefois point un bête film intello-porno. Il ne s’agit pas de se rincer l’oeil (Fassbender y a d’ailleurs la fesse un peu flasque, déception) mais d’analyser le comportement du personnage sans pouvoir se permettre de le juger. Le cadrage insiste d’ailleurs plus sur la vie du Brandon que sur son corps, et si on le voit à plusieurs reprises nu ou en pleine action, c’est pendant des plans plutôt larges voire décalés (Brandon est debout dans ses toilettes mais la caméra est centrée sur l’embrasure de la porte).

En fin de compte, il est surtout un sujet clinique, qui se sait malade mais ne peut lutter contre ses pulsions. 

Ce qui amène au second film, A dangerous method, de David Cronenberg.

Contrairement à ses habitudes, le réalisateur canadien nous entraîne ici dans un film historique. On y suit la maturation de la psychnalyse dans les années 1905 et suivantes en Suisse à travers la figure de Carl Gustav Jung, sa relation avec sa patiente et maîtresse Sabina Spielrein (Keira Knightley) et le rapport maître/élève qu’il entretint avec Sigmund Freud (Viggo Mortensen) avant de se brouiller avec lui.

Jung est médecin dans une clinique  près de Zurich, qui accueille des patients présentant des troubles mentaux. Lorsque Sabina Spielrein intègre l’établissement pour hystérie, il décide de tester les nouvelles méthodes de la psychanalyse afin de la soigner. Au cours de leurs séances, le médecin lui demande de lui parler : de ses souvenirs, ses angoisses, son enfance. Et bim, elle raconte ses névroses et apprend au gentil docteur qu’enfant, son père l’envoyait dans une pièce sombre, nue, dès qu’elle faisait une bêtise ou répondait, pour être fessée. Mais le problème, c’est bien qu’elle s’est surprise à aimer ça à désirer sa fessée paternelle, et manifeste désormais ce malaise par des crises de hurlements et convulsions. Les problèmes mentaux des patients semblent donc résulter de perturbations survenues à l’enfance pendant les différentes phases d’élaboration de l’esprit. Jung va alors chercher à rencontrer Freud à Vienne pour discuter des différents cas qui ont pu se présenter à lui.

Alors que Sabina va mieux, elle suit une formation de médecin psychanalyste en Suisse où elle consulte toujours Dr Jung. Et ce qui devait arriver arrive : elle séduit le brave Dr. Jung et le pousse à l’adultère. On peut d’ailleurs voir quelques scènes cocasses/intenses (à vous de choisir !) où Jung fesse allègrement sa maîtresse, toute soumise qu’elle est dans son corset en cuir, cheveux défaits et yeux qui pétillent (et la moue désormais culte de Keira Knightley). 

La morale protestante du médecin lui fait mettre fin à sa relation avec sa patiente et amie tandis qu’un autre combat d’idées l’attend : la rupture amicale et professionnelle avec Freud en 1913. Jung cherche à repousser les limites de la science et continuer à explorer des voies nouvelles, au risque de basculer dans l’occultisme et l’apprenti sorcier, tandis que Freud, décidément plus conservateur, souhaite protéger la crédibilité de la nouvelle science.  Et on arrive, après le désir pour le père, le sexe et la violence,  à un autre leitmotiv avec le fils castrateur et le vieil homme qui refuse de transmettre son autorité.

C’est assurément dans le film de McQueen que Fassbender se démarque le plus, avec un sujet choc traité de manière intéressante et non-racoleuse, même si on peut reprocher au réalisateur de nous livrer un regard un peu trop aseptisé et froid sur le personnage. A dangerous method est par contre un peu décevant dans son traitement, quand on a pu voir certains des films précédents de Cronenberg. Il manque quelque chose par rapport à d’habitude et c’est dommage, même si le film reste un bon moyen pour découvrir cette époque et ce contexte assez fou de naissance de la psychanalyse (tout aussi fou qu’un antisémitisme latent en Europe).