L’hebdo du Point C #52

4 Nov

par Aurore & Grégoire.

Son de la semaine : Rock and roll Night Club de Mac DeMarco

Ce soir, l’humeur était suave dans les petits cœurs sensibles de la rédac’. Alors, on a choisi de vous présenter Mac Demarco. Ce jeune canadien de 22 ans est arrivé dans nos oreilles tout récemment, et oui, car c’est en Octobre qu’est sorti son album « 2 ». Rock and roll Night Club n’est autre que son premier EP. Difficile de rester de marbre face à ces sons sensuels. Ça sent les vinyles des années 1970 et le vieux whisky. Mais Mac n’a pas toujours fait dans le rock mélancolique, car en 2008, il apparait sur la scène musicale sous le pseudonyme de Makeout Videotape, où les sons étaient moins précis, moins aboutis. Mais le passé est passé, Mac a mûri et il nous emmène ici dans les méandres d’un pub, où on côtoie Johnny Cash et Elvis.

Difficile de refuser.

L’œuvre de la semaine : Bacchus par Le Caravage

Non, le lien entre Johnny Cash, Elvis, Mac et Bacchus ne réside pas dans leur passion pour l’alcool. Mac DeMarco cache, derrière ses airs virils, un penchant pour l’androgynie. C’est bel et bien un thème que l’on retrouve au fil de ses titres, mais c’est aussi une tendance qui s’exprime par le port d’un rouge à lèvres carmin. Et là, ça y est, vous comprenez le lien entre ces deux personnages.

Caravage peint ce tableau de Bacchus en 1597. Le maitre traverse alors sa période « claire », qui précède ses recherches le menant au clair-obscur qui l’a rendu si reconnaissable. Le tableau est découvert en 1913 dans un état inquiétant, et Roberto Longhi l’identifie rapidement comme une œuvre du Caravage. Si les reliefs du visage et du corps du dieu semblent encore un peu hésitants, on reconnait la passion du peintre pour les natures mortes. Les feuilles et les fruits sont animés par une lumière très maîtrisée. Mais ce sont les lignes du vin qui ont marqué les esprits : la surface du liquide divin est animée de cercles concentriques. Surprenant. Les sourcils sombres et fins couronnent alors le visage de Bacchus, prolongeant alors ce physique androgyne.

Du vin au pub, il n’y a qu’un pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :