Classiques de genre

1 Oct

par Louise.

Vous arrive-t-il d’entendre parler de livres « que tout le monde devrait avoir lu, ne serait-ce que pour sa culture générale », dont vous connaissez très bien l’auteur et le résumé, mais que vous n’avez jamais ouverts ? Je ne remets pas votre culture générale en cause ; mais personnellement, cela m’arrive assez régulièrement. Disons-le, il est difficile de dévorer Roméo et Juliette dans l’attente de l’issue de leur amour. L’histoire, on la connaît. Et puis déclarer « je viens de terminer Les Misérables, vraiment sympa comme bouquin ! » ne vous donne pas forcément beaucoup de constance lors d’un dîner. Alors pourquoi lire ces ouvrages qualifiés de « classiques » ?

Parce qu’ils sont sur la liste des choses à faire dans sa vie. Bon, l’argument n’est pas décisif, mais c’en est un. Ensuite, il est impossible de connaître tous les détails d’un roman sans l’avoir lu. Ainsi, une fois immergé dans l’histoire, le lecteur peut lâcher prise et ne plus penser à ce qu’il sait déjà. La surprise est d’autant plus agréable.

Un classique se lit aussi et surtout pour la langue. L’avantage du manque de suspens (relatif comme nous l’avons vu) est qu’il est beaucoup plus facile de s’intéresser aux subtilités de langage et aux tournures syntaxiques utilisées par l’auteur. On s’attarde sur l’ambiance, la délicatesse du récit, les mots choisis, les différentes façons de présenter un fait.

Voici donc une mini sélection, tout à fait subjective. Trois univers différents, trois ouvrages que je considère comme des « classiques ».

Anna Karénine, Léon Tolstoi (1877)

Grande réflexion sur la conception de la relation amoureuse, Anne Karénine constitue un véritable tableau de la haute société russe au XIXe. Loin d’être ennuyeux ou fleur bleue, il tient le lecteur en haleine même quand il s’agit d’une course hippique (oui, on se croirait vraiment à cheval). Tolstoi amène le lecteur à se pencher sur ce qui l’entoure pour éduquer son jugement et arrive à nous surprendre par son intemporalité.

« Il appartenait à une catégorie d’individus que Lévine n’arrivait pas à comprendre ; tout en professant des opinions tranchées bien que peu personnelles, ces gens-là n’en mènent pas moins un genre de vie tout aussi tranché mais qui contraste singulièrement avec leur manière de voir. »

Lolita, Vladimir Nabokov (1955)

Lolita ou comment des faits répugnants deviendraient presque compréhensibles. La justesse des mots employés permet d’immerger parfaitement le lecteur, de transcrire l’ambiance paradoxalement puritaine et débridée des Etats-Unis dans les années 50, de suivre le cheminement des pensées tortueuses du fameux Humbert Humbert.

« Là, ma petite beauté s’est allongée sur le ventre, me révélant, révélant aux mille yeux grands ouverts de mon sang ocellé, ses omoplates légèrement relevées, et le ruban de velours le long de son échine incurvée. »

L’Insoutenable légèreté de l’être, Milan Kundera (1984)

L’insoutenable légèreté de l’être est, comme son titre ne l’indique pas, un roman rassemblant plusieurs histoires relativement simples. Fidèle au style de Kundera, accessible et parfois cru, ce livre traite de l’attachement et de la liberté dans un couple sur fond de problèmes politiques en URSS. Le vécu de l’auteur tchèque, clairement perceptible tout au long du récit, aide le lecteur à s’imprégner totalement de l’histoire.

« L’amour, c’était pour lui le désir de s’abandonner au bon vouloir et à la merci de l’autre. Celui qui se livre à l’autre comme le soldat se constitue prisonnier doit d’avance rejeter toutes ses armes. Et, se voyant sans défense, il ne peut s’empêcher de se demander quand tombera le coup. Je peux donc dire que l’amour était pour Franz l’attente continuelle du coup qui allait le frapper. »

Quels sont les vôtres ?

3 Réponses to “Classiques de genre”

  1. LM 1 octobre 2012 à 19:27 #

    Je n’ai pas lu (je l’avoue) ces 3 livres, mais j’ai lu « Les Misérables », en en-tier, et ça vaut vraiment la peine. La description du Paris du milieu du XIX°s est grandiose. De plus, l’histoire est magnifique, et si on n’a pas lu le livre, on ne peut pas dire qu’on connaisse l’histoire. Dans le même genre (et par le même Totor Hugo), « Notre Dame de Paris » : qui peut dire quelle est l’histoire du passé d’Esmeralda sans avoir parcouru les centaines de pages de ce chef-d’oeuvre littéraire ?
    Sinon, pour moi, les classiques qui sont sur ma table de chevet perpétuelle sont (et seront !) « Cyrano de Bergerac » et « La dame aux Camélias ».

    • pralineries 2 octobre 2012 à 08:23 #

      J’ai beaucoup aimé les classiques que tu cites. Comme LM, j’ai adoré les Misérables. En fait, je suis fan d’Hugo. Mon favori est L’homme qui rit.
      Sinon, j’aime beaucoup les Dumas. C’est prenant, même si l’histoire est connue.

  2. Camille 2 octobre 2012 à 12:46 #

    Anna Karénine est le prochain sur ma table de chevet. Dans le genre je suis capable de me taper les deux tomes de Guerre et Paix en trois jours top chroo…
    De Kundera je n’ai pas lu l’Insoutenable légèreté, mais La Vie est ailleurs qui fait partie aussi de mes livres préférés.
    et mon troisième à moi serait Belle du Seigneur, dont j’ai mis plus de six mois à me remettre (après ça, on a l’impression que tout est fade et faux).

    Et merci pour cette touche « littéraire » au blog, c’est vrai que jusque-là si ma mémoire ne me fait pas défaut on n’y avait guère touché !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :