Vogue, version 2.0

4 Sep

par Aurore.

Je vous en ai déjà parlé, mais jeudi prochain, le 6 Septembre donc, c’est la Fashion Night Out. La rue François Ier, l’Avenue Montaigne et l’Avenue George V vont être redécorées aux couleurs des grandes enseignes qui règnes sur ce « triangle d’or » et bien sûr, aux couleurs de Vogue et des autres sponsors de l’évènement. Il s’agira donc de vivre le moment et de traverser la foule, des gens qui profitent du monde pour faire le buzz et de toutes les tenues folles que les gens sortent pour l’occasion. Mais surtout, si vous avez une invitation, vous pouvez rentrer dans chacune des boutiques et participer à chacune de leurs activités.

Alors, là vous vous demandez ? Mais comment avoir une invitation pour cet événement incroyable. C’est très simple, être abonné de Vogue, être une cliente des boutiques concernées (Chanel, Versace, Harry, Winston etc…), donc non ! et une dernière option : achetez l’édition parisienne de Vogue. C’est ce que j’ai fait, et cela m’a amené à faire un constat étonnant.

Yamamoto, maitre du noir.

Revenons un peu en arrière : le 31 Janvier 2011, Carine Roitfield, la rédactrice en chef emblématique du Vogue Paris, quitte le magazine. Aussitôt, elle est remplacée par son bras droit, Emmanuelle Alt. Pourtant rien ne semble changer au sein du magazine…

Nous revoilà donc ce matin du 2 Septembre 2012, je dois acheter Vogue pour récupérer une invitation pour la FNO (ça y est, tout fait sens, je ne vous ai pas retenu pour rien), et là, en le feuilletant, c’est le choc. Vogue a fait peau neuve !

Du noir, partout.

Première observation : ce numéro qui titre « Mode : la fureur du noir » surprend. En tournant les pages du magazine, on se rend compte que Vogue a cédé à la mode des numéros à thème. Après des magazines comme V magazine, Paulette ou encore Simone, ont été pionniers en la matière. Le numéro aquatique, le « X issue », le « travel issue » sont autant de leitmotiv que l’ont retrouve dans ces pages. Le principe est simple : un thème est choisi par la rédaction, et tous les articles (musique, culture, mode, buzz…) devront être orientés dans une même direction.

Noir total, du shopping aux publicités.

Les pages de ce « nouveau » Vogue sont donc teintés de noir, toutes les tenues et tous les accessoires présentés répondent à cette règle.

Vivienne Weswood

Stella McCartney, la couleur qui résiste !

Mais cela se prolonge jusque dans la typo et dans les pub : peu de pub brillent par leurs coloris fluo ! On retrouve les irréductibles : Mc Queen, Westwood, Stella McCartney…

Le noir, partie 2. Par Mert & Marcus.

Le noir, partie 3. Kate Moss par Mert & Marcus.

Mais en s’harmonisant avec l’ensemble que crée le magazine, le noir assoit la couleur, il s’impose sur les tenues et constitue une base stable, quasiment intangible. L’édito « Le Noir, partie I » convainc, « Le Noir, partie II3 y injecte des couleurs irréelles, comparable à une toile de Magritte, Kate Moss illumine « Le Noir, partie III  » alors que « Le Noir, partie IV » avec la magnifique Daria Werbowy nous donne enfin toute la puissance de cette non couleur. En effet, qui supporte mieux le noir et blanc que son visage androgyne ?

Le noir, partie 4. Daria Werbowy par Mert & Marcus.

Lors de la présentation de cette nouvelle maquette, Emmanuelle Alt avoue avoir voulu imposer un « nouveau style audacieux mais pas provocateur ». C’est le contenu éditorial qui est privilégié, avec l’arrivée notamment d’une nouvelle rubrique « humeur » par la blogueuse Garance Doré (qui raconte son étonnenement ici).

On note bien un élargissement des sujets traités par le magazine, qui semble s’orienter vers la Culture (oui avec un grand « C », comme nous !) à la manière de Numéro. Des articles de fond un peu plus nombreux, et néanmoins un travail nouveau dans les édito, les séries photo surprennent un peu plus : fini le sexy chic (chic, vraiment ?) de Roitfield, Alt prend ses marques et prend quelques risques. Enfin, Vogue peut redevenir vraiment précurseur !

Quant à la maquette est censée effectuer un certain retour aux sources, en renouant avec ce qu’était le magazine dans les années 1960-70.

Enfin, ce qui m’a beaucoup étonné, c’est l’uniformisation des pubs dans les pages du magazine. Dans la rubrique « bijoux », les pubs prennent place sur la page de droite, qui est la page qui a le plus d’impact sur le lecteur/consommateur. Les « édito » sont donc sur la page de gauche, pourtant peu de différences au sein de cette double page. Les annonceurs payent cher leur place dans les pages du Vogue et ils travaillent à brouiller les pistes.

Toutes les pubs ressemblent donc aux édito (séries photo) de ces magazines aux pages brillantes. Jusqu’à l’intégration d’un carnet, plus rigide, mais non détachable : de nouveau, les images en noir et blanc, sur lesquelles une belle typo est apposée. On retrouve donc tous les ingrédients d’une belle série de mode,  pourtant en haut, on peut lire « promotion Vogue ». Vous êtes donc bien au beau milieu d’une pub, simplement elle se déroule sur  6 pages recto-verso !

Ed Westwick & Terry Richardson pour Philippe Plein, Automne/Hiver 2012

Ewan McGregor pour Belstaff England, Automne/Hiver 2012

Je note aussi une nouvelle passion pour la saison prochaine : les hommes porteront des perfecto en croco. J’en veux pour preuve, Ewan et Ed ! Etrange, mais c’est pas moi qui fait la mode.

Pour finir, quelques chiffres : ce numéro de Septembre, toujours le plus important de l’année, fait 430 pages, le sommaire se trouve à la page 67, alors que l’édito d’Emmanuelle Alt n’est pas avant la page 122. Et les titres annoncés en couverture : Raf Simons, Isabelle Hupert et Gorgio Armani, n’apparaissent qu’à la page 352… Après les édito… Je vois bien l’idée de revaloriser les séries mode, mais j’aime la tradition que ce soit les dernières choses à lire, des belles images à regarder. Parce que reléguer les articles, censés être la caution de cette nouvelle ligne éditoriale, aux dernières pages du magazine, me parait être un choix un peu risqué…

De quoi méditer donc !

Photos : © Aurore Bayle-Loudet pour Le Point C

Source : lesblogmedias et le Twitter des Clés de la presse 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :