L’hebdo du Point C #43

19 Août

par Grégoire.

Son de la semaine : Elephant par Tame Impala

Oui, je vous ai déjà parlé de Tame Impala. Il n’empêche que ce weekend je me suis rendu compte que leur dernier album était pour bientôt. Illico, je vous présente Elephant, avant-goût de ce qui nous attend début octobre.

Le trio australien ne déçoit pas. Elephant contient de bonnes, de très bonnes références. Entre une voix qui rappelle Lennon sur I Am the Walrus des Beatles, une guitare aux accents des Queens Of The Stone Age et une basse qui part dans des aigus exquis comme chez BRMC, Elephant promet de grandes choses pour le dernier album, Lonerism (le groupe a aussi dévoilé Apocalypse Dreams, dont je ne me lasse pas).

Kevin Parker et sa bande seront mi-octobre au Bataclan, alors prenez vos billets ! Avec un premier album excellent, la soirée ne peut qu’être magique. Et personnellement, un groupe qui se définit comme  « a steady flowing psychedelic groove rock band that emphasizes dream-like melody« ,

ça ne se refuse pas !

Oeuvre de la semaine : L’Extase de sainte Cécile par Raphaël

Restons dans la qualité, la vraie. Laissez-moi vous présenter l’Extase de sainte Cécile, grand tableau d’autel peint par le divin Raphaël entre 1514 et 1516, et conservé à la Pinacothèque de Bologne, mais qui sera visible à Paris en octobre pour la grande exposition sur le maître.

Elena Buglioli dall’Olio commanda cette oeuvre pour qu’elle orne une chapelle familiale dans l’église San Francesco in Monte à Bologne. Aujourd’hui, une copie a remplacé le tableau original. Initialement peinte sur bois, la Sainte Cécile a été transposée sur toile (comme on l’a beaucoup fait à la fin du XVIIIe siècle), ce qui la rend très fragile

La scène représente l’extase de sainte Cécile, accompagnée, de gauche à droite, de saint Paul, saint Jean l’Evangéliste, saint Augustin et sainte Marie Madeleine. A ses pieds, on remarque une des premières représentations d’instruments (exécutée par Giovanni da Udine, collaborateur de Raphaël) qui aura une importante postérité, et particulièrement à Bologne à la fin du XVIe siècle. L’iconographie mériterait un plus ample développement que je vous épargnerai : regardez juste ces gestes mesurés, cette grâce, cette attention portée au rendu des étoffes… 

Octobre sera donc un mois bien rempli !

Une Réponse to “L’hebdo du Point C #43”

  1. Chlo 27 août 2012 à 18:45 #

    une fois encore je suis fan du son!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :