Philippe Découflé en vision panoramique

4 Août

du 21 au 23 septembre à Lyon, du 12 au 14 décembre à Clermont-Ferrand, du 6 au 8 février à Nîmes, du 13 au 15 mars à Montpellier et encore de nombreuses dates à retrouver sur le site officiel de Philippe Decouflé rubrique « la compagnie »

par Louise.

On parle trop peu de danse au Point C. Soyons honnêtes, la danse rebute : discipline ennuyeuse, complexe, trop féminine, intellectuo-branchée… Pourtant, c’est un moyen d’expression vieux comme le monde, le plus simple, le plus accessible qui soit. La danse, ça peut toucher tout le monde, pas besoin de s’y connaître. 

Philippe Decouflé est à la danse ce qu’est Woody Allen au cinéma. Tous deux ont le mérite de produire des œuvres qui ne soient pas des blockbusters tout en restant accessibles au grand public (vous me dites si je me trompe). Car oui, quand j’ai vu que les gradins de la Grande Halle de la Villette étaient parsemés d’enfants, j’ai eu du mal à réprimer mon appréhension. 1h30 assis à regarder des gens se mouvoir sur une musique pas toujours attractive, ça peut être long. Mais non, ils s’amusaient autant que devant Bob l’Eponge. C’est ce que l’on adore chez Decouflé : il nous offre de la qualité ludique. Pas de pseudo torture intellectuelle, pas besoin de cacher que vous vous êtes endormis au bout de 30 minutes d’entrechats… Pas non plus d’uniformité. Exit les danseurs aux canons de mannequin et les mouvements classiques vus et revus, bonjour l’anticonformisme.

Mélange de danse contemporaine et classique, l’œuvre du chorégraphe prend tout son sens avec l’interprétation des danseurs : ils s’approprient les mouvements, improvisent, mettent à contribution leur personnalité et bien sûr leur technique. Pour l’occasion, la compagnie DCA a recruté de tous nouveaux membres, jeunes, créatifs et pluridisciplinaires. On bave littéralement d’envie devant le savoir-faire de la troupe. Ce qui est beau, c’est que leur technique est tellement développée que danser deux heures en alternant grand écart et triple pirouette paraît ne pas leur demander plus d’effort que de faire cuire des pâtes. On nage dans la guimauve.

Panorama, comme son nom l’indique, est une reprise des plus grandes chorégraphies du maître, des bribes de spectacles accolées. Non messieurs, il n’y a pas d’extrait de ses récentes chorégraphies pour le Crazy Horse, mais ne partez pas pour autant. On pourrait reprocher le manque de cohérence de l’ensemble, mais le but est justement de montrer toute l’étendue du répertoire de Philippe (oui, je l’appelle par son petit nom).

Prolongation nous replonge avec délice dans l’univers microbien, où gesticulent les danseurs munis de palmes dans des costumes effaçant tout anthropomorphisme. Étonnamment, le tableau « Jeux vidéo » a été créé pour l’occasion, et on ne s’en plaint pas : ayant souhaité s’adapter au vécu de ses jeunes danseurs, Decouflé a souhaité transposer en ballet des combats de boxe sur Gameboy. Tel un chef d’orchestre, il a laissé libre cours aux improvisations des combattants, donnant le jour à une chorégraphie unique. Les différents extraits sont soigneusement mis en relation par l’intervention d’un grand gaillard à cheveux longs (Julien Ferranti) qui a recourt au chant, au théâtre, au cirque ou aux ombres chinoises pour nous divertir.

© Christian Berthelot

En bref, du jeune et du moins jeune réinterprété avec toujours beaucoup de malice et de créativité. « Pour faire partager du bonheur il faut commencer par le vivre » explique notre Philippe.

Bonus : les répétitions de la danse des palmes, de quoi se détendre un peu.


4 Réponses to “Philippe Découflé en vision panoramique”

  1. paricultures 4 août 2012 à 10:35 #

    En cette période de JO, il faut rappeler que Decouflé a orchestré/chorégraphié la cérémonie d’ouverture des jeux d’Albertville, un vrai « blockbuster : jamais Woody Allen (lui) ne pourra se vanter d’avoir rassemblé 1/2 milliards de personnes devant leur télé

    • cestlepointc 16 août 2012 à 10:02 #

      Oui c’est bien vrai et c’était époustouflant ! Merci de le préciser et merci d’être passé par ici ! a.

  2. Matthieu Penchinat 8 août 2012 à 11:01 #

    Merci pour ce bel article !
    Petite correction cependant, le grand gaillard aux cheveux longs (et moustache) qui assure les transition, c’est moi, Matthieu Penchinat, et non julien Ferranti (qui n’est pas vraiment grand, est noir, danseur, a gauche sur la photo et assure aussi la tahitienne)😉

    • cestlepointc 16 août 2012 à 10:03 #

      Bonjour Matthieu, quel honneur d’avoir un protagoniste de la troupe qui lit nos articles, à très vite pour de nouvelles actu culturelles sur le point c !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :