Romance à l’eau de jasmin

1 Août

par Aurore.

L’Inde est un pays qui vous fascine, vous effraie mais vous attire ? Les castes vous intriguent et le sort des femmes vous révolte ? Alors Trishna est fait pour vous. Sinon, ne vous forcez pas. Attention, ne vous méprenez pas, Trishna est un excellent film. L’histoire y est bien écrite, les scènes bien filmées et le contexte parfaitement observé et reconstitué, mais malheureusement, l’Inde est un pays dur, même au cinéma. L’Inde gagne à être connue, alors ne la jugez pas trop vite !

Synospis :

Trishna, c’est le prénom d’une jeune indienne de 19 ans (Freida Pinto), l’ainée d’une famille nombreuse qui vit à Osian dans le Rajastan. Elle travaille pour aider son père à subvenir aux frais de toute la famille. Elle l’aide ou sert dans un hôtel. Trishna est très belle, et elle est élevée dans la plus stricte tradition indienne. Alors quand Jay, un indien élevé à Londres, fils d’une anglaise et d’un indien, tombe sous son charme, tout se complique pour la jeune fille.

En Inde, pas question de ne serait-ce que se montrer avec des hommes si l’on n’est pas mariée ou accompagnée d’un membre de sa famille. Accepter un trajet en rickshaw de quelques kilomètres offerts par ces jeunes touristes britanniques  peut paraître insignifiant pour nous, mais pour elle, ça veut dire beaucoup. Et parce que les contes de fées font encore rêver aujourd’hui, Jay est le fils d’un riche propriétaire d’hotels. Il va rapidement proposer à Trishna de lui trouver un emploi dans un de ses hôtels de Jaipur. S’offrant ainsi le loisir de la voir quotidiennement et de l’aider, à charge pour lui de garder ses distances. Le fossé qui les sépare est flagrant, alors que Trisha l’appelle « monsieur » et le remercie à chaque fois qu’il lui parle ; les amis de Jay, rentrés à Londres, l’appelle et lui demande « quoi de neuf avec Trishna ? ». Pas grand chose donc. Trishna, c’est donc l’histoire d’amour de jeunes gens en 2012 dans un pays complexe, rongé par la tradition et les clivages.

Mickael Winterbottom est le réal d’ « Un cœur invaincu », film plutôt réussi qui raconte l’histoire tragique de Marianne Pearl. Jouée par Angelina Jolie, c’est l’épouse du journaliste Daniel Pearl décapité par des terroristes en 2002. Ce n’est donc pas la première fois que Winterbottom s’intéresse à cette région du monde. Mais avec « Trishna », il nous livre un témoignage précis et honnête d’un pays riche et passionnant. En effet, chaque petit détail a son importance, la composition et le fonctionnement d’une famille modeste rurale, le rôle du père, mais aussi les différences de mentalités selon les régions et les villes du pays. Bombay y apparaît donc comme une bulle où les jeunes indiens se confrontent à de nombreux occidentaux, les libérant ainsi de l’emprise de leur famille et de leurs obligations. Les clips de musique (assez sulfureux vu le contexte) y sont tournés, les filles dansent, se dénudent, charment. Un autre monde. Mickael Winterbottom vous fait pénétrer dans les maisons modestes de ces paysans d’Osian et les appartements plus ou moins luxueux de ces jeunes de Bombay. Le film et l’histoire sont aussi largement servis par le couple Ahmed/Pinto, dont les corps sensuels retranscrivent parfaitement cette paranthèse qu’ils ouvrent dans leur vie.

Amour, destruction, tradition, tentation, le film joue sur des sentiments que l’on connaît et que l’on affronte, tout en nous présentant des limites que l’on découvre, et des remords que l’on ne soupçonnerait pas. L’anti-Twilight c’est Trishna, c’est fort, authentique et charnel.

Alors, l’Inde, on est séduit ou on est choqué, mais on ne reste pas indifférent, et quand même, c’est important de prendre position, alors on court vivre des émotions fortes en découvrant Trishna.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :