L’hebdo du Point C #25

15 Avr

par Grégoire.

Son de la semaine : Lady Stardust de David Bowie

Continuons notre petit tour musical. Pour la 25e édition de l’hebdo, il fallait que je trouve quelque-chose de sympa, quelque-chose de beau, quelque-chose qui en impose. Quoi de mieux qu’un bon petit David Bowie pour mettre les choses au clair ? Voici Lady Stardust, qui sort sur l’album The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars en 1972. 

Cet album est un des plus connus de l’artiste : vous connaissez tous des titres comme Ziggy Stardust, Moonage Daydream ou encore Starman. Ce concept album nous raconte l’histoire d’une icône du glam-rock, Ziggy Stardust, manifestation humaine et androgyne d’un extraterrestre cherchant à délivrer un message de paix et d’amour à l’humanité, car celle-ci n’a plus que cinq années à vivre. Mais Ziggy, suite à des excès d’alcool et de sexe, succombe à son succès.

Quelques notes de piano suffisent à introduire le morceau, véritable écrin mélancolique pour la voix de Bowie. Les paroles, très bien écrites, révèlent toute l’ambiguïté de la personnalité de cette Lady Stardust. Dans tout le texte, les pronoms se référant à la Lady sont masculins : his, he… Cela s’accorde bien avec le look qu’avait Bowie à l’époque : cheveux longs rouges, vêtements très courts inspirés des costumes traditionnels japonais… (voir le live Ziggy Stardust The Motion Picture). 

La chanson fait référence à une autre icône du glam : Marc Bolan, leader du groupe T-Rex et ami de Bowie qui l’accompagnera sur The Prettiest Star (Aladdin Sane) en 1973. Bolan mourra à 29 ans (1977). 

De 1972 à 1977, il y a bien 5 ans, non ? Coïncidence… 

Oeuvre de la semaine : St Jean-Baptiste par Léonard de Vinci

Bon, je me suis un peu attardé sur le son, mais ça valait le coup, non ? Allez, avouez… Bref, du coup je serai plus rapide concernant le St Jean-Baptiste de Léonard de Vinci, conservé au Louvre et daté entre 1513 et 1516. 

Je tombe (hélas) dans la facilité : en ce moment au Louvre se tient une exposition sur la Vierge et Sainte Anne de Léonard de Vinci, et nos deux reporters Camille et Delphine vous en feront un petit commentaire prochainement. L’oeuvre est très difficilement lisible à cause du vernis. Une belle couche de caramel ! 

Pourquoi vous montrer cette oeuvre après Bowie ? Bah disons que le petit monsieur n’est pas très très masculin. N’ayez crainte, je ne vais pas vous révéler que la Joconde était en fait un homme, ou que Shakespeare n’a pas existé. Non non. Je vous dirai juste que Salai (Gian Giacomo Caprotti), élève de Léonard, aurait peut-être posé pour son maître. A ce que l’on sait, il était très beau, et Léonard aurait été séduit par son côté androgyne. Tout cela avec beaucoup de réserve hein, me faites pas dire ce que j’ai pas dit !

Ça balance du gossip. 

2 Réponses to “L’hebdo du Point C #25”

  1. Antoine 16 avril 2012 à 10:36 #

    Bien ouéj pour le David Bowie.
    Sinon ce tableau m’a toujours fait penser à un toucher rectal.

  2. Camille 16 avril 2012 à 19:29 #

    (et si le « petit commentaire » est un gros bébé, c’est grave docteur ?)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :