Poupoupidou…

7 Avr

par Baptiste.

Il ne m’aura pas fallu « 7 ans de réflexion » pour choisir mon film de la semaine. Certes, la bataille était rude entre les aventures d’une boule de poils jaune, adaptées par Alain Chabat (et quand le bonhomme adapte une BD, ça donne « Astérix : Mission Cléopâtre » et plus de 14 millions d’entrées!) et la re-sortie en 3D du « plus grand paquebot de tous les temps », toujours détenteur du nombre record d’entrées en France (je vous rassure : avec 18 millions de dollars de plus dans sa fabrication, une meilleure image, etc., il coule toujours et Céline nous casse toujours les oreilles…). Cependant je n’avais d’yeux que pour ELLE !

Et par « ELLE » j’entends ce sex-symbol, cette icône, cette légende, cette blonde aux formes généreuses que « préfèrent les hommes » et que « certains aiment chaude », celle qui allia ses gloussements à l’amour des objectifs pour devenir la définition même du : GLAMOUR.

Vous l’aurez deviné, je parle bien évidement de : Marilyn (Monroe hein, pas le gueulard sorti tout droit d’un film de Tim Burton).

Un peu d’histoire :

Sir Laurence Olivier décide d’adapter la pièce de théâtre « Le Prince Endormi » qu’il avait interprétée sur scène avec son épouse Vivien Leigh, et que produira Marylin.

Cependant, c’est une véritable guerre qui éclatera entre Monroe et Olivier, celui-ci étant excédé par les incalculables répétitions de Marylin avec son coach Paula Strasberg (femme du fondateur de l’Actor Studio – Lee Strasberg). Pour se venger Marylin cumulera les retards, les absences, l’alcool et les médicaments… Au final, c’est l’Américaine qui sortira vainqueur de ce duel. Elle parviendra à éclipser son prestigieux partenaire à l’écran, sa performance encensée alors que le film sera massacré par les critiques.

Colin Clark, le troisième assistant réalisateur (celui qui apporte le café!), rendra publique, quelques jours avant sa mort, son histoire avec Marylin qui sera retranscrite dans un livre intitulé «Une Semaine Avec Marylin », dont le film est l’adaptation.

Synopsis :

Lors du tournage du film « Le Prince et la danseuse », qui a lieu en Angleterre, le troisième assistant du réalisateur, Colin Clark (Eddie Redmayne) va tomber éperdument amoureux de la vedette du film : Marylin Monroe (Michelle Williams), alors star fragile. Il deviendra le porte-parole du réalisateur, Sir Laurence Olivier (Kenneth Branagh), auprès de l’actrice Américaine. Entre eux va naître une relation qui durera une semaine.

Critique :

« My Week With Marylin » se révèle être un biopic intimiste se déroulant sur une semaine, laissant ainsi au réalisateur le temps de développer son sujet (non pas comme « La Dame de Fer » par exemple, qui en 2 heures tentait de narrer l’histoire de Margaret Thatcher, pour au final ne faire qu’effleurer toute sa vie) et décrit, tout en pudeur, cette relation longtemps tenue secrète. De plus, Marylin nous est présentée comme une personne fragile mais surtout manipulatrice.

L’actrice Michelle Williams interprète avec justesse Marylin, de ses formes à ses mimiques en passant par tous les travers que la star a pu connaître lors du tournage : médicaments, alcool, dépressions, disputes (avec son mari de l’époque, Arthur Miller [rien que ça]), retards… Cependant, jamais l’actrice ne parvient à réellement devenir «Le Mythe MONROE », ce qu’aucune actrice ne pourra jamais atteindre. Il n’existe qu’une seule Marylin !

L’ensemble du casting « so british » se révèle, lui aussi, très bon : Judi Dench (Casino Royal, Shakespeare in Love), Emma Watson (la saga Harry Potter), Dominic Cooper (Une Education, Captain America), Dougray Scott (Hitman, Mission Impossible 2), la mention spéciale revenant à Kenneth Branagh, qui interprète Sir Laurence Olivier (SLO pour les intimes), que les caprices de Monroe pendant le tournage ont rendu fou. Détail amusant : SLO et Kenneth ont tous deux réalisé et interprété des pièces de Shakespeare. La « rencontre » de ces deux acteurs Shakespeariens semblait donc évidente !

En plus de son actrice, l’intérêt du film se trouve dans une grande confrontation cinématographique opposant : d’un côté l’Angleterre représentée par SLO, grand acteur (à défaut d’être considéré comme une star) conservateur, où seule compte la récitation parfaite du texte ; et de l’autre l’Amérique représentée par Monroe, star (à défaut d’être considérée comme une grande actrice) pour qui le cinéma consiste à connaître son personnage puis à improviser une fois devant l’objectif.

Éternelle bataille entre le Nouveau et l’Ancien !

Le film n’est cependant pas parfait : je pense notamment à une trop grande utilisation de gros plans ou de travelling, à des perruques bien trop visibles (Michelle Williams et Emma Watson, ouch!!)… Et surtout, une version française des plus crispantes (que Marylin glousse tout le temps : d’accord, cela faisait tout son charme ! Mais en anglais, que diable). Le film nous montre que finalement les diamants ne sont pas les seuls meilleurs amis de Marylin et, même si le film reste un film, il ne nous fait souhaiter qu’une seule chose, Messieurs : « I wanna be loved by her, just her nobody else but her… »

Le petit plus :

L’actrice Michelle Williams a obtenu pour son interprétation de Marylin le Golden Globe de la Meilleure Actrice dans un film Dramatique, ainsi qu’une nomination à l’Oscar de la Meilleure Actrice.

Le film est produit par la Weinstein Company. Ce nom vous dit quelque chose ? Oui, c’est lui : Harvey Weinstein, le « Pape d’Hollywood », le « Dieu du 7ème art ». C’est lui, qui à coups de martèlement promotionnel, fit remporter 5 Oscars et 3 Golden Globes à « The Artist » et 2 Oscars et 1 Golden Globe à « La Dame de Fer ».

Aaah, la magie d’Hollywood !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :