Détrompez-vous !

18 Fév

Trompe-l’œil. Imitations, pastiches et autres illusions, du 2 Février 2012 au 15 Novembre 2013,

Musée des Arts Décoratifs, Paris. 

par Aurore.

Rendez-vous aux Arts Décoratifs pour découvrir ce que l’oeil peut croire voir. Oui, c’est bien pour ça que l’on parle de « trompe l’oeil » ! Mélange des matières, innovations techniques, inventivité artistique, tout cela se marie pour créer l’illusion, brouiller les pistes et perdre le visiteur. En route pour un voyage dans le monde des illusions perdues !

Avant de commencer à parler de l’exposition, je veux faire passer un message absolument primordial pour nos concitoyens de moins de 26 ans. L’accès aux collections permanentes du musée des Arts Décoratifs vous est totalement gratuit, sous réserve d’être ressortissant de l’Union Européenne. Donc, si votre seul créneau horaire pour faire une exposition est le dimanche après-midi, disons vers 15h, vous pouvez dire que vous avez les mêmes disponibilités que tout parisien lambda. Vous vous retrouvez donc tous devant le musée (ou parfois très loin — selon la longueur de la file d’attente). Mais on vous connaît, vous avez tendance à prendre votre mal en patience et vous restez sagement sous la pluie. Nous avons donc testé pour vous une technique imparable : entrez, soyez polis avec tous les gens que vous croisez, renseignez-vous pour savoir s’il vous est nécessaire d’acheter un billet. Vous avez deux chances sur trois qu’on vous répondre : « non, en effet vous allez voir les collections permanentes, présentez une pièce d’identité à la gentille dame ici, et rentrez ». Et voilà, vous avez gagnés 30 minutes, alors en sortant appelez-nous, on va boire une bière !

Armoire surréaliste Marcel Jean France 1941 © Les Arts Décoratifs/Photo - Jean Tholance

Comme vous avez pu le noter, cette introduction a peu de choses à voir avec le trompe l’œil, on est plus proches de la rubrique « bons plans pour parisiens jeunes et fauchés ». Mais j’y viens. En fait, ça y est, j’y suis. Le Musée des Arts Déco a puisé dans ses collections permanentes pour réfléchir aux subterfuges, à ce qu’on croit voir mais qui n’est pas. Le trompe l’œil donc dans toutes ses acceptions possibles. De la galvanoplastie au lino, en passant par des robes, des bas-reliefs peints, mais aussi des sous-vêtements qui contraignent ou simulent des formes.

Le propos est donc complet : on envisage la décoration, le costume, le mobilier, la tapisserie. C’est d’ailleurs le principe de ce genre d’expositions : sortir et présenter les collections des différents départements réunis dans cet immense entité qu’est le musée des Arts Décoratifs. L’exposition propose donc un éclairage original. Une sélection interdisciplinaire permet de ne pas tomber dans la monotonie et de garder le spectateur en alerte. D’ailleurs, c’est ce pour quoi cette exposition a été faite. C’est ludique. On se prend à observer les objets. Au premier regard, aucun problème. Mais souvenez-vous, les apparences sont trompeuses, alors on lit le cartel (et là, commence le vrai fun) : vous vous trompez, vous ne regardez pas du métal, mais du plâtre recouvert par galvanoplastie. Le Masque d’Agamemnon et le Ciboire Alpais sont devant vos yeux, enfin plus ou moins. Entre illusion et réalité, on se fend la poire.

Masque Agamemnon 1894-1900 reproduction galvanoplastique en cuivre © Les arts Décoratifs/Photo - Jean Tholance

Plusieurs remarques s’imposent : d’abord, non je ne suis pas totalement cynique. C’est vrai, j’avoue, on ne se tape pas le ventre de rire non plus. Mais l’exposition est vraiment facile d’accès et distrayante. Allez-y donc à plusieurs pour pouvoir passer un bon moment. Parce que, je dois l’avouer, le propos reste assez accessible. Chaque salle est ouverte par un panneau noir en métal qui présente le thème de la salle. Et si chacune a bien un but spécifique, malgré tout, les conservateurs ne développent pas de grandes questions scientifiques. Il n’y a pas de catalogue, et c’est bien ce que je disais en commençant, on a une exposition didactique où le seul but est de déambuler en découvrant des objets, que vous n’avez sûrement jamais vu exposés. Ils sont réunis ici pour la première fois, parce qu’après tout même si le sujet du trompe-l’œil est clair et facile à comprendre, personne n’a jamais pris le temps de parcourir les collections du MAD avec cette idée en tête.

Sculpture pomme Suède, grès émaillé, vers 1992 © RMN

Allez-y donc avec l’esprit ouvert, curieux de découvrir. Mais malheureusement vous serez déçus de ne pas pouvoir toucher les objets. Inutile de rouvrir ici le sempiternel débat des limites du musée, néanmoins quand vous voyez de la faïence qui imite du cuir, vous voulez vérifier (oui je suis toujours sceptique, pourquoi, il ne faut pas ?). Ensuite, je vous ai déjà parlé deux fois de galvanoplastie, et cela n’évoque peut être rien chez vous, mais chez moi ça éveille des souvenirs de cours de techniques en amphi assez laborieux. Donc quand je lis « galvanoplastie » sur un panneau et que cela évoque quelque chose de concret chez moi. Oui. J’avoue. Je suis fière.

Composition décorative pour un plafond Cherubino Alberti, Italie, XVIe siècle © Les Arts Décoratifs/Photo - Jean Tholance

Malheureusement, je ne pense pas pouvoir vous apporter ce petit éclairage ‘bonus’ que Le Point C aime tant partagé avec ses lecteurs pour les aider à mieux aborder une exposition. Mais je ne me fais pas de souci, je vous connais (oui je connais tous les lecteurs personnellement) et je sais que vous saurez apprécier le voyage dans les techniques et dans les jeux visuels que proposent les objets. Avant de poser ma plume (comprendre : fermer Word), je voudrais quand même partager une dernière chose avec vous, mes coups de cœur pardi !  Je n’allais pas vous laisser filer comme ça.

Robe, Hermès depuis 1837, Léonard depuis 1958, Toile de coton imprimée © Les Arts Décoratifs / Photo - Jean Tholance

Mes amis (oui nous sommes, tous, très proches), vous le saviez ou non, mais je suis spécialisée en histoire de la mode et du costume. Et cette exposition contient une salle remplie (bonheur !) de costumes. Une robe blanche où de la peinture marron dessine boutonnière et revers de col, une combinaison en maille qui recompose une salopette. Mais aussi (extase) des sous-vêtements du XIXème siècle, comprenez : une tournure (« faux-cul » ça vous parle plus ?) et (jubilation) un corset. Un corset magnifique, en satin de soie, avec toutes les baleines qu’il faut là où il faut (partout) pour créer la silhouette déséquilibrée dites « en S » de 1900. Parce que, oui, c’est ça aussi les illusions, c’est recréer une silhouette habillée qui ne correspond pas du tout à son corps nu. Et quand vous avez compris ça, vous repensez à la galvanoplastie, au papier peint, au lino, à la céramique, ou encore à la peinture et vous réalisez tout ce que ce terme de « trompe l’œil » implique. Et donc, vous réalisez à quel point le travail de réflexion des Arts Décoratifs a donné lieu à une problématique totalement originale et inattendue. Maintenant, vous sortez dans la rue, vous regardez les gens que vous croisez, et vous cherchez : où est le vrai dans le faux (ou inversément !) ?

Corset à Jarretelles France, vers 1900, Pékin liseré et satin de soie © Les Arts Décoratifs/Photo - Jean Tholance

En bref, on a aimé :

–       l’inventivité du musée des Arts Décoratifs qui propose un angle d’étude inédit

–       la diversité des objets présentés

–       la fine partie des collections du Musée de la Mode et du Textile sortis pour l’occasion !

–       la galvanoplastie, parce que ça me rend nostalgique

On n’a moins aimé :

–       un propos peut-être un peu simpliste ?

–       les mamies qui répètent « ohlàlà tu as vu, on dirait vraiment du bois »

Une Réponse to “Détrompez-vous !”

Trackbacks/Pingbacks

  1. “Eléphantastique !” « Le point C. - 22 février 2012

    […] Mais on s’accroche, et on devient stratège : comme vous l’a dit Aurore dans son article sur les trompe-l’oeil, si vous avez moins de 26 ans et que vous êtes polis vous pouvez passer sans problème. Une fois […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :