L’hebdo du Point C #4

6 Nov

Par Aurore et Grégoire.

Son de la semaine : Pink Floyd, The Great Gig in The Sky

Tout le monde connait cette pochette. Celle de Dark Side of The Moon de Pink Floyd, le troisième album le plus vendu de tous les temps. Extrait de cette mine d’or, The Great Gig in The Sky vous rend tout chose.

Le piano déploie ses notes en crescendo, sans que l’on se doute de ce qui va nous tomber dessus. Et là, grosse surprise. Deux coups de caisse claire suffisent pour lancer la machine de synthés, batterie, guitares et basse. Mais ce qui nous rend tout chose, c’est plutôt la chaude et suave voix de la cantatrice qui nous approche, nous séduit, nous lance des regards fiévreux, et nous invite au plaisir. Dire qu’elle n’a eu besoin que d’une prise pour faire le taff. Le genre de femme avec laquelle on doit assurer. Jouissance criée.

Ce n’est pas pour rien si cet album est connu pour ses vertus aphrodisiaques. Apparemment, son écoute accompagnerait parfaitement des ébats amoureux.

A voir.


L’œuvre de la semaine : Léda et le Cygne par Véronèse

Cette semaine, Léda et le cygne par Paolo Veronese, peint vers 1585 et conservé au musée Fesch, à Ajaccio.

Après deux hebdos axés sur le XVIIIe (et on sait tous la passion de Grégoire pour cette période –humour-), nous voici dans les choses sérieuses. Et oui, Véronèse c’est pas un petit joueur pourrait-on dire, mais bien sûr nous on ne dira pas ça : parce qu’ici on ne se permet pas de telles familiarités. Comme notre œuvre précédente, on en revient aux amours divins, et surtout aux parties de jambes en l’air de Jupiter. Pas folle la guêpe, ou plutôt filou le Zeus, qui a su prendre différentes formes (ici, un cygne) pour deux raisons évidentes. Il doit être créatif afin de tromper sa femme sans qu’elle s’en doute. Et la deuxième ? Il doit aussi brouiller les pistes pour séduire ses compagnes d’un soir. En effet, la belle Léda est mariée, et pas à n’importe qui (au Roi de Spartes en fait !). De cette union (disons volatile), naitront deux œufs d’où émergeront des personnages centraux de la mythologie. Inutile de préciser que comme tous les amours de Jupiter, cette scène a été maintes fois représentée, avec ou sans les œufs, avec un cygne plus ou moins entreprenant. Là, on a clairement à faire à un chaud lapin !

Sinon de façon plus formelle, on a un canon physique fidèle à l’époque, et on retrouve les coiffures à perles si spécifiques de Véronèse.

Léda n’est donc pas représentée très farouche ici, mais grâce à cet écart, la mythologie, ou plutôt l’histoire continue : Hélène, Clytemnestre, Castor et Polux, la suite au prochain épisode !

Véronèse - Léda et le cygne

2 Réponses to “L’hebdo du Point C #4”

  1. Lena 12 novembre 2011 à 18:07 #

    Merci d’avoir choisi le beau tableau de Palais Fesch…

    • cestlepointc 12 novembre 2011 à 18:16 #

      Merci à toi de nous lire et de partager ton avis (cf. Trois Mousquetaires) !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :