Chaleur et couleurs sur le runway

18 Oct

« Gnossiennes » Défilé Talbot Runhof – Printemps/été 2012

Par Aurore.

L’été, le soleil, les vacances, la seule évocation du printemps prochain nous fait voyager. Mais on a encore mieux : certaines marques talentueuses rendent tout ça beaucoup plus concret. C’est le cas du dernier défilé de la marque allemande Talbot Runhof.

Invitée comme photographe, j’avais un accès en coulisses, ce qui permet

1/ de voir l’ébulition avant le show (en retard, toujours),

2/ d’embêter encore un peu les mannequins épuisées.

Mais surtout l’occasion pour moi de demander poliment (oui c’est pas franchement monnaie courante) aux mannequins de me laisser faire quelques portraits.

J’ai donc l’eau à la bouche avant même que le runway soit inondé de lumière : les filles sont divines et les fringues même sur cintre ne laissent présager que du bon. Et là, je vois du plat… des chaussures plates, oui oui. Je cours donc me trouver une place idéale pour vous livrer un reportage complet et j’attends que le calme se fasse. Attention, Silence et ACTION !

Talbot Runhof m’invite à leur show depuis mon arrivée à Paris et j’ai toujours adoré leur travail sur les textures et les volumes. Ces passionnés de Christian Lacroix se sont toujours inspirés de son travail et on retrouve bien l’amour des imprimés du maitre français.

Mais cette collection a des airs de voyage. Panama et silhouettes fluides m’emmènent rapidement vers des terres bien plus chaudes que par ici (autour du 75 et même 1000 km autour).

Pois, carreaux, empiècements découpés, dentelles. Les tenues sont faites de superpositions et de jeux de transparence. Les robes sont rayées mais elles prennent des allures de robes de princesse, les combinaisons sont longues et PAF voilà les fameuses chaussures plates.

C’est à noter parce que ce n’est pas monnaie courante, en témoigne les pieds des belles plantes à la fin de(s) Fashion Week (cf. Le sartorialist). Ici, le plat donne des allures chics et sobres. Elancées, les mannequins sont juste aériennes sur du plat (avec les physiques qu’elles ont, elles doivent être les seules à porter dignement le plat, donc pourquoi se priver ?!). Cette saison, Valentino a donné une toute autre image au plat, mais préparez-vous l’été prochain sera sophistiqué mais confort. Les chaussures à talons sont réalisées dans les mêmes tissus que les robes, rouges, vertes, à pois, unies, noires, elles complètent bien les tenues. Une tenue noire est rendue sauvage par le port de ces escarpins rouge sang, j’adore !

Talbot Runhof raconte que c’est après avoir vu la première de l’opéra de Bellini, les Capulet et les Montaigu, dont les costumes ont été fait par Lacroix, qu’ils se sont souvenus de leurs débuts, et ont choisi de rendre hommage à leur modèle : ils proposent alors des silhouettes modernes, amples et affirment leur passion de toujours pour ces couleurs intenses. Dont seul le sud a le secret.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :