L’hebdo du Point C #1

16 Oct

par Grégoire.

Le son de la semaine : Nightcall de Kavinsky (Drive Original Soundtrack)

Bon, d’accord, j’avoue ne pas être très original en vous présentant « Nightcall » comme « son de la semaine », mais désolé, je ne m’en défais pas.

Ce morceau arrive au début du film, et vient se poser sur les plans de L.A. la nuit. Il faut dire que le moment est très bien choisi. Mais revenons à nos moutons. Dès le début, Kavinsky nous met dans l’ambiance : pour nous recréer un « night call », il commence par le hurlement d’un loup et le bruit des pièces que l’on insère dans une cabine téléphonique. Après vient l’instru, soutenue par un lourd beat, une grosse basse et un synthé qui frise les années 1980, un peu à la manière des Daft Punk (Veridis Quo) et donc de Justice

Le « son de la semaine » n’étant pas l’occasion de vous faire un historique du titre, de ses influences ou de sa production, parlons d’autre chose. La voix « robotiquement » masculine ne fait que mieux ressortir celle, à tomber (et je pèse mes mots), de Lovefoxxx. NightCall a un pouvoir tellement envoutant, tellement sensuel, qu’on ne peut s’empêcher de l’écouter en boucle. Et le pire, c’est qu’à la longue elle peut vous rendre triste. Alors, notre conseil : plongez-vous dedans avec une bonne sono (et surtout pas avec le son métallique d’un ordinateur portable), fermez les yeux, et vous verrez. 

Un vrai poison.


L’oeuvre de la semaine : La Laitière de Vermeer

Faisons honneur à celui chez qui nous avons choisi le visuel de notre blog : Mr Johannes Vermeer. Voici son œuvre archi-connue, la Laitière, conservée au Rijksmuseum d’Amsterdam et datée de 1659.

Et oui c’est un vrai tableau, pas simplement la publicité d’un yaourt ! Bon, vous vous en doutez, je ne vais pas vous faire un commentaire construit, avec cartel, description, analyse et remise en contexte (les gens de l’Ecole du Louvre voient bien de quel type de commentaire on parle), alors je vais plutôt tenter de vous faire voir ce qu’il me plait d’y voir. Commencez par regarder son visage. La tête inclinée, le teint rosé, la bouche entrouverte, elle a l’air concentrée à verser le lait. 

Concentrée ou pensive ? Disons pensive, et imaginons cette jeune femme, seule à son travail, en train de penser à quelque chose de totalement différent. Peut-être est-elle amoureuse, peut-être pense-t-elle à la soirée qu’elle a passée la veille ou à celle qu’elle passera ce soir. Ou même, soyons fous, pense-t-elle à une folle nuit.  Je refuse de croire que cette jeune femme est concentrée sur ce qu’elle fait. Attendez, elle verse quand même du lait la bouche ouverte !

Laissons-la rêver et remplir de doux songes le mur vierge sur lequel elle se détache.  

La Laitière, Johannes Vermeer, 1659, conservée au Rijksmuseum d’Amsterdam.

4 Réponses to “L’hebdo du Point C #1”

  1. Saf 16 octobre 2011 à 16:10 #

    Je n’avais jamais relevé cet aspect bien nasty (nan pas le graffeur) de cette peinture auparavant. C’est malin, limite si je vois pas Sasha Grey version XVIIème maintenant.

    Sinon vos articles envoient bien pour l’instant. Parler d’ââârt sans que ça devienne pompeux, ça fait scintiller mes yeux. Je plussois le ton de l’ensemble.

    Continuez à enjailler lecteur là.

    • cestlepointc 16 octobre 2011 à 18:31 #

      Sasha Grey version XVIIe ouais… Pourquoi pas, la coquine! Merci beaucoup d’avoir partagé ton avis!

  2. Caro 16 octobre 2011 à 18:01 #

    Nightcall.. Quelle fille naïve n’a pas rêvé qu’on l’embrasse sur cette chanson comme Ryan embrasse Carey dans l’ascenseur? (cf. drive)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :