Venetian Street Heart – Sur les murs de la Sérénissime

30 Sep

Par Grégoire.

Ah, Venise ! Sa place St Marc, ses canaux, ses gondoliers bien peignés qui, sur fond d’accordéon, chantent « Don’t Cry For me Argentina » (la version originale de Julie Covington hein, pas celle de Madonna, nan mais oh !) pour les fines oreilles des touristes un peu jet lag en transit dans la lagune… Fermez les yeux, vous y êtes. Bah c’est du joli !

Nan, sans dec’, elle est où l’âme de la Sérénissime ? Ok, on est d’accord, Venise, ça claque : les églises pleines de trésors, les musées, l’ambiance, la bouffe, etc. Mais Venise n’est-elle que ça ? Un gigantesque musée sur l’eau ?

Tu pourrais tomber dans le piège et te dire qu’après tout, oui. Combien de fois en une journée peux-tu voir des touristes se faire des signes de mains quand deux vaporetti (Word me propose « vaporettos » mais c’est franchement laid) se croisent, bien qu’ils ne se connaissent pas ? Combien en vois-tu filmer TOUT ce qu’ils peuvent, jusqu’au mec qui décharge des boissons d’une barque ? T’as vraiment l’impression d’être dans une navette que l’on prend juste après avoir laissé la voiture au parking, comme dans un parc d’attractions.

Mais oublie ces mauvaises idées. Venise n’est pas ça. Venise ne peut pas être ça. Allez, mets tes baskets, fais tes lacets, prends une bouteille d’eau (indispensable), et pars en vadrouille, de nuit comme de jour. Et ouvre grand les yeux hein ? Parfait.

Et c’est sur les murs que tu fais une belle découverte : des pochoirs, des collages, des graffs assez frais. Au début, tu passes devant, et tu te sens cool parce que tu sais que ça, ça s’appelle du street art. Bien ouéj. Mais en s’arrêtant, en regardant, tu finis par te demander si elle n’est pas là, l’âme de Venise. Ou du moins une partie (Tintoret et Bellini assurant déjà au moins 50%).

On a de tout. Allons du plus léger au plus « revendicatif ». En arrivant sur le Campo San Polo par le Nord, tu te dis que le lapin vert fluo pourrait bien devenir ton nouveau pote funky ; en attendant le vaporetto, tu réalises que oui, une belle femme, ça fait des prouts ; vers San Samuele, tu vois des cœurs ; au détour d’un chemin, tu lis un beau jeu de mots inspiré d’un célèbre slogan politique américain.

Mais parfois, pour les collages, tu bascules dans l’étrange. Par exemple, tu trouves souvent des oiseaux aux très nombreux yeux, isolés ou assemblés de sorte à former ce que tu appellerais, pseudo-poétiquement, une fleur. Comme si Max Ernst avait été pizzaiolo en secret et que Lop-Lop l’avait suivi. Mince alors. Nan, sincèrement, ces collages sont prodigieux.

Certains artistes suivent une démarche plus politique, plus polémique. Ils cherchent à nous rappeler, non sans nostalgie, le fort passé communiste de la ville, notamment sous Massimo Cacciari jusqu’en 2010, à marquer leur opposition à la guerre en semant de petits obus en chute libre, ou à nous faire réagir contre la faim dans le monde. Ce qui est sûr, c’est que nombreux sont ceux qui veulent nous alerter sur le destin de Venise, et plus généralement de l’Italie de Berlusconi.  Le « Wake up Italy » et le « Venice for sale » n’ont pas besoin d’être commentés ; d’autres sont moins subtils, comme celui représentant le chef d’Etat disant « La vaseline, je l’ai », qui insiste sur ses penchants un peu olé olé, tout en nous montrant qu’avec lui, les Italiens l’ont bien dans le c**. Bah eh, si on peut plus s’exprimer !

Bon, t’as trouvé une partie de l’âme de Venise, t’es content, et t’as plus d’eau. Tu réfléchis, comme si ça t’allait bien, et paf, c’est le moment de ton envolée lyrique. Les églises, les palais, les musées ne sont pas en carton comme à Disneyland. Des gens vivent ici, noyés dans les effets ravageurs du tourisme, mais, farouches, les insulaires semblent résister aux requins. Comment ne peux-tu pas être tenté d’illustrer cette conclusion par le graff  de Jace en face du Pop In à Paris ?

Le Havre oblige, t’as vu.


4 Réponses to “Venetian Street Heart – Sur les murs de la Sérénissime”

  1. Paul 9 octobre 2011 à 16:05 #

    Yeah on voyage sans bouger de chez soi ! merci bien le point C !

  2. Pierre 9 octobre 2011 à 16:05 #

    merci pour la découverte !

  3. Fiona 9 octobre 2011 à 16:06 #

    Rock’n’roll la Venise ! keep going

  4. MONTIGNY/GERETTI M. 15 novembre 2012 à 08:52 #

    J’y suis allé, j’ai vu tout ça aussi, et j’ai envie d’y retourner pour tous les sestiere périphériques beaucoup plus envoutants

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :